E-Shop Vintage et Solidaire

E-shop Vintage & Actions Humanitaires.

L'Indélicate x La Refinery - Interview

Posté le 25 July 2016

L'Indélicate x La Refinery, c'est la rencontre d'une styliste de talent pour une collection capsule tout en insolence. Bienvenu dans son univers à mi-chemin entre l'intemporalité de la parisienne et l'authenticité du vintage. 

 

La Refinery : Bonjour ! Comment doit-on t’appeler : Claire ou L’indélicate ?    

Claire : Bonjour, plutôt Claire, L'Indélicate c'est juste un nom de marque, qui peut-être me ressemble un peu, mais je préfère laisser une part de mystère.

 

Quand on te voit, tu sembles tout sauf indélicate… Pourquoi avoir choisi ce nom ? 

Il ne faut jamais se fier aux apparences.


Parle-nous un peu de toi. Comment es-tu arrivée à La Refinery ?                          

Ma vie tourne autour des fringues, j'ai commencé mes études à 15 ans dans la couture, j'ai été styliste dans le prêt-à-porter pendant six ans, et il y a deux ans, lassée de cet univers, je me suis lancée en tant que costumière. Aujourd'hui je travaille dans l'audiovisuel, le théâtre, la comm', … Je travaille comme petite main dans un atelier de broderie à destination de la haute couture. J'ai également créé ma marque, je fais des accessoires et des commandes pour les particuliers, c'est un peu mon exutoire dès que j'ai un peu de temps.

J'avais depuis longtemps envie de retravailler de la fripe, la Refinery a croisé mon chemin, c'était l'occasion rêvée.


Quel est l’univers de ta collection pour La Refinery ?                                              

J'ai pioché des fringues un peu dans le désordre, par coup de coeur, sans réellement réfléchir et puis les pièces se sont associées d'elles-mêmes. Je ne suis pas réellement les tendances et la mode actuelle , mais on retrouve de la dentelle, du bleu, de la rayure, comme ce qui est dans les magasins en ce moment, c'est amusant mon métier de styliste me poursuit.


Pourquoi avoir choisi de créer à partir de vêtements déjà existant ?

Je trouve ça plutôt sympa de donner une seconde vie à un vêtement. C'est même assez magique, de redonner une coupe actuelle à un vêtement qui nous paraît inesthétique. Et puis on s'éloigne d'une société de consommation qui nous pousse à acheter toujours plus de fringues, en créant des pièces uniques avec une histoire.

 

Est-ce que tu leur imagines une histoire ?

Pas forcément une histoire, mais généralement je peux savoir à quel genre de personne elles ont appartenu, de quand elles datent. Souvent, quand il y a encore la marque dessus, c'est parlant. Parfois il y a même une étiquette avec le nom de la personne, et là l'imagination peut partir très loin.

 

Peux-tu nous expliquer comment tu travailles ?

Je dessine chaque vêtement avant de travailler dessus, je fouille beaucoup sur le net pour trouver des détails de finition, j'aime bien me replonger dans mes bouquins de mode aussi. Après l'inspiration vient aussi souvent en faisant.


Quel type de femme as-tu envie d’habiller ?

Chaque fois que je créé un vêtement, je me pose la question « est-ce que tu le porterais ? », j'ai toujours peur de partir un peu loin et de faire du déguisement. Le plus important c'est d'être à l'aise dans un vêtement. Donc j'habille madame tout le monde, mais c'est vrai que madame tout le monde me ressemble un peu.


Qui est ton icône mode ?

J'ai deux couturières fétiches, Mme Grès et Madeleine Vionnet, elles ont ouvert leurs maisons de coutures au début du 20e siècle, c'était une façon de penser et concevoir le vêtement très différente d'aujourd'hui. Je suis très attachée à cette période de l'histoire de la mode. C'est également une source d'inspiration pour moi, et les formes sont finalement souvent très actuelles. C'est ça une icône mode ?


On voit des tas de pièces revenir à la mode. Quelle est celle dont tu ne comprends pas le come-back ?

Je peux tout comprendre, il faut juste s'habiller avec ce qui nous convient morphologiquement.


Pour toi le détail mode qui est un NO-GO chez un homme ?

Les hommes ont beaucoup moins de choix que nous, c'est un peu triste. Généralement on peut savoir qui est un homme à sa paire de chaussures. La sandale en sangles achetée dans les magasins de sport, ça c'est vraiment monstrueux.

 

Si tu ne devais porter qu'une seule tenue pour le reste de ta vie, quelle serait-elle ?

Une robe noire et des sandales.

 

VOIR LA COLLECTION

Plus de posts

- 10% sur votre première commande

En vous inscrivant à notre newsletter !

Rechercher sur notre site